Vous êtes ici : AccueilMinesBudget Bachand 2012 et mines

Mines

Budget Bachand 2012 et mines

Le gouvernement entreprend un virage pour que les Québécois tirent davantage de leurs ressources naturelles et énergétiques

 (prises de participation dans les projets, coupures dans les déductions aux entreprises, etc.), mais ce virage demeure TRÈS timide (1 milliards VS plus de 40 milliards prévus) et se fait sans d’abord débattre sur le fond si les Québécois veulent, ou non, aller de l’avant avec l’exploitation de certaines ressources comme le gaz de schiste, le pétrole et le gaz dans la vallée et le golf du Saint-Laurent et l’uranium.  

Absence totale d’un fonds souverain pour les générations futures qui serait financé à partir des mines déjà en exploitation (nous demandons qu’environ 5% à 8% de la valeur brute produite soit mis dans un tel fonds chaque année pour construire un « bas de laine » pour les générations futures qui n’auront plus accès à ces ressources minières non renouvelables);  

 Absence totale de redevances sur la valeur brute produite (plutôt que sur les profits) qui permettraient de s’assurer que TOUTE ressource exploitée du sous-sol québécois et vendu sur les marchés internationaux soit immédiatement compensée. Encore en 2010, avec le nouveau régime de redevances du M. Bachand, 10 compagnies minières sur 19 n’ont payé « aucune » redevance. Combien de compagnies minières n’ont pas payé de redevances en 2011 ? Le ministre Bachand reste muet pour l’instant.

Encore beaucoup d’inconnus et d’incertitudes quant à la facture que paieront les Québécois pour les infrastructures du Plan Nord. Ici, deux nouvelles infrastructures ont été annoncées aujourd’hui : 1) une ligne électrique entre la Baie-James et le Nunavik qui servirait aux communautés nordiques ET « aux compagnies minières »; et surtout 2) un chemin ferroviaire entre Sept-Îles et la fosse du Labrador qui, selon M. Bachand, viserait principalement à desservir les projets miniers de cette région et qui coûterait plusieurs milliards $. Le ministre Bachand est toutefois resté muet quant à la facture qui serait refilée aux Québécois (versus les entreprises minières) pour ces deux projets d’infrastructures. Il n’est pas clair non plus si ces dépenses étaient déjà prévues dans le Plan Nord (80 milliards $) ou si elles s’y ajoutent.

Aucune mesure substantielle annoncée pour assurer la restauration des sites miniers abandonnés (dont la facture officielle frôle actuellement les 1.2 milliards $), ainsi que pour renforcer l’encadrement environnemental des projets miniers (actuellement plus de 500 projets d’exploration minière par année au Québec et près d’une 30aine de mines actives ou en développement, ainsi que plusieurs dizaines de mines inactives ou abandonnées).  

  UgoLapointe 

c.514.708.0134www.quebecmeilleuremine.org facebook     

Fonds pour la liberté d’expression: www.cqde.org/dons/dons-au-fonds-ugo-lapointe