Vous êtes ici : AccueilMines

Mines

Mines vs droits citoyens | nouveau rapport Santé publique

Malgré que le nouveau rapport de la santé publique de la Côte-Nord porte principalement sur les mines d'uranium, il comporte d'excellents passages concernant le problème du déséquilibre des forces et des pouvoirs entre les citoyens et les compagnies minières minières.
 
 
EXTRAITS DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE LA CÔTE-NORD SUR LES MINES D’URANIUM  (25 AOÛT 2014)
Rapport préparé sous la direction de Dr. Raynald Cloutier
 
DÉSÉQUILIBRE DES POUVOIRS ENTRE LES CITOYENS ET LES COMPAGNIES MINIÈRES
 
« Des membres considèrent également que la Loi sur les mines favorise grandement les
exploitants au détriment des citoyens et que cela devrait être pris en considération
dans la loi. Le droit d’expropriation accordé aux exploitants peut générer beaucoup
de stress parmi les populations touchées par des projets miniers et se traduire par des
problèmes de santé graves. » (10)

Mines d’uranium : un nouveau rapport de la santé publique confirme des risques et des impacts à long terme

COMMUNIQUÉ – POUR DIFFUSION  et revue de presse suite au communiqué
 
Mines d’uranium : un nouveau rapport de la santé publique confirme des risques et des impacts à long terme
 
Québec, 25 août 2014. Alors que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) reprendra bientôt ses travaux sur les enjeux des mines d’uranium au Québec, un nouveau rapport de la Direction de la santé publique de la Côte-Nord confirme plusieurs risques et impacts des mines d’uranium à long terme pour la santé et l’environnement. C’est la deuxième fois en moins de six mois qu’une agence de la santé publique du Québec émet des préoccupations concernant les risques et les impacts des mines d’uranium (voir l’étude de l’Institut national de la santé publique du Québec publiée en avril dernier).
 
« Après quatre ans et demie de travail, le rapport de la Direction de la santé publique de la Côte-Nord n’est pas du tout rassurant et confirme plusieurs des préoccupations des citoyens, des groupes de médecins, des Premières nations et des municipalités face aux impacts des mines d’uranium » affirme Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine.

Où s’arrête la limite des méga mines à ciel ouvert ?

COMMUNIQUÉ – POUR DIFFUSION et revue de presse suite au communiqué
Disponible sur : http://www.quebecmeilleuremine.org/communique/o-s-arr-te-la-limite-des-m-ga-mines-ciel-ouvert  (TÉLÉCHARGER LA VERSION PDFou sur http://www.pressegauche.org/spip.php?article18595
version anglaise du communiqué est disponible ici: http://www.miningwatch.ca/news/open-pit-mega-mines-quebec-size-really-does-matter

 Où s’arrête la limite des méga mines à ciel ouvert ?
 Une coalition demande d’urgence une analyse indépendante et de nouvelles règles

 Québec, 20 août 2014. Alors que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) examine présentement le plus grand projet de mine à ciel ouvert jamais proposé dans l’histoire du Canada (projet Dumont de Royal Nickel en Abitibi-Témiscamingue), une coalition de citoyens, de médecins, d’organismes environnementaux et de grands syndicats nationaux demandent au gouvernement du Québec de déclencher de toute urgence une analyse indépendante afin de revoir les lois et les normes encadrant les méga mines à ciel ouvert en matière d’environnement, de santé et de sécurité publique.

Dans un  rapport d’analyse  très étoffé de 50 pages rendu public aujourd’hui, les membres de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine se disent très préoccupée par la multiplication des projets de mines à ciel ouvert au Québec, notamment les grands projets de type « fort tonnage, faible teneur » à proximité des milieux habités ou sensibles.

 « Après les méga fosses proposées à Malartic (2,5km de longueur) et à Sept-Îles (3,5km de longueur), voilà que la compagnie Royal Nickel propose d’exploiter la plus grande mine à ciel ouvert jamais excavée dans l’histoire du Canada (5,0km de longueur), et ce, à moins de 800 mètres de milieux sensibles et des plus proches résidences des municipalités de Launey et de Trécesson, en Abitibi-Témiscamingue » - Ugo Lapointe, porte-parole de la coalition.

Lire la suite : Où s’arrête la limite des méga mines à ciel ouvert ?